« Internet mobile, la révolution des terminaux alternatifs » Fred Cavazza

27 octobre 2014À la une, Lecture

LecturesDans Internet mobile, la révolution des terminaux alternatifs, Fred Cavazza, dont on a déjà parlé dans ce blog, dresse le panorama des terminaux mobiles et décrypte les nouveaux usages liés aux nouvelles techno. Je vous propose ici mes notes de lecture concentrées sur la relation avec le contenu écrit. Ce que je retiens, c’est la notion de confort, le contenu doit réellement servir l’internaute et également la nécessité d’être dans une écriture de l’action. Bonne lecture

Utilisation des smartphones

Les internautes préfèrent utiliser les smartphones et tablettes pour consommer les mêmes contenus. En effet, ceux-ci offrent des interfaces plus qualitatives, qui répondent à une envie de nouveauté.
On consulte bien souvent son smartphone ou sa tablette, assis confortablement dans son canapé à deux pas de son ordinateur de bureau.

Il est donc plus juste de parler de contexte alternatif ou de mode de consommation alternatif que de connexion ou de  déplacements géographiques. La mobilité, c’est la possibilité de consulter de l’information et des contenus, d’exploiter des services en ligne et de rester connecté en toutes circonstances, quel que soit l’endroit où l’on se situe (encore faut-il être dans une zone connectée) et sur n’importe quel terminal.

Notons qu’un utilisateur sur deux dort avec son smartphone [nouveaux doudous des adultes]. La polyvalence des smartphones les place en télécommandes de notre quotidien numérique

De nouvelles opportunités s’offrent ainsi aux annonceurs pour toucher les internautes, avec la géolocalisation [offres géolocalisées ou contextuelles].

On a ainsi un rapport intime et affectueux et quotidien avec son smartphone. Les contenus sont choisis. Il convient donc qu’ils s’adaptent vraiment aux envies des mobinautes et n’oppressent pas l’utilisateur.

Plus que jamais, pour nous, producteurs de contenus, c’est viser à une écriture directe, des contenus efficaces.
N’oublions pas l’importance de la relecture qui doit dégraisser : enlever tout ce qui n’est pas nécessaire et qui pollue, éliminer les redondances. L’écriture doit être claire et factuelle : éviter les métaphores et périphrases.

Je ne prône ni un appauvrissement de la langue pas plus qu’un nivellement par le bas, je souligne juste que le Web n’est pas le lieu d’une écriture littéraire, mais une écriture informationnelle. Sur ce sujet, notons qu’en 2012, le nombre de terminaux mobiles vendus a dépassé celui des ordinateurs. Notons que dans certains pays en voie de développement, le téléphone mobile est la seule manière d’avoir un accès Internet (moins cher qu’un ordi).
Ceci confirme l’importance d’être concis dans son propos et de structurer les textes pour le confort de l’utilisateur.

Les usages en mobilité

Communication

  • 2/3 des emails sont consultés pour la première fois sur mobile
  • Les utilisateurs français passent en moyenne 1h30/jour à consulter leur smartphone (moyenne mondiale : 2h27)
  • 90% des utilisateurs utilisent leur smartphone pour envoyer des emails et des SMS. C’est sur l’instantanéité des messages que repose l’usage des terminaux mobiles.

Information

La consommation d’informations est également extrêmement pratiquée : tout temps d’attente est assigné à une consommation média.

Divertissement

Les Français consacrent en moyenne 12h par semaine aux jeux vidéo.

Commerce

Les ventes via Internet mobile ont atteint un total d’1 milliard d’euros, soit une progression de 160%.

Autres usages : géolocalisation, santé

Les interfaces tactiles rendent leur appropriation quasi immédiate.

En conclusion :

Il aura fallu près de 10 ans pour que le Web soit intégré à la stratégie des entreprises. Nous n’en sommes qu’au début. Certaines entreprises crient victoire, car elles ont mis en place une appli, mais n’oublions pas qu’une appli se périme très vite, qu’elle n’est pas forcément téléchargée. La tendance dorénavant est d’adapter son site pour un affichage tous supports (responsive design). Tout ceci souligne un décalage entre les usages du grand public et les moyens mis en œuvre par les marques.

Il faut réduire l’écart entre le rythme d’adoption du grand public et celui d’adaptation des marques et organisations.

L’urgence pour les marques est de réorganiser leur service client pour ouvrir de nouveaux canaux et d’adapter les supports de communication et de vente.
Le terminal mobile est à intégrer dans toutes les étapes de cycle de vie des clients. Ainsi, au même titre que les médias sociaux, il s’agit d’une relation différente avec la marque, plus proche et qui bouleverse fondamentalement l’approche client. Les contenus doivent ainsi être pensés comme des conversations, ils doivent amener à tisser des liens. Ils sont à la base de la relation de confiance qui s’instaure avec son audience. Cette sincérité n’est pas que de façade, elle doit être véritable.

Sur ce sujet, lire l’article « comment mettre en place une relation de confiance avec sa communauté »

Ainsi, les arborescences, la structuration des sites doivent être clairement revisitées. Les contenus ne doivent plus être là pour faire plaisir aux services internes, mais parce qu’il apporte une valeur ajoutée à l’internaute. Si l’on pense aux sites d’e-commerce, il faut en général une minute pour arriver au dénouement de la visite – l’achat-, eh bien tous les navigations devraient être pensées comme telles. Il est nécessaire que le parcours internaute soit le plus fluide possible.

Sur ce sujet, lire les notes de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *