Loi de proximité, loi du moindre effort : comment mieux interpeller son lecteur ?

14 octobre 2013À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web

Expertise éditorialeCertaines règles en rédaction favorisent la réception du contenu par le lecteur.
La loi de proximité vise à inclure le lecteur dans la même proximité spatio-temporelle que celle du rédacteur.
La loi du moindre effort vise à favoriser l’accès du lecteur au texte.
De même, les phrases de moins de 12 mots sont plus facilement retenues et comprises par le lecteur.
Découvrez quelques trucs et astuces

La loi de proximité

Le lecteur sera interpellé par une information le concernant, qui touche son quotidien.
Un sujet connu sera mieux assimilé. Favorisez donc la proximité !

  • chronologique : hier, aujourd’hui, demain
  • géographique : loi des morts/km
  • sociale : logement, emploi, santé, etc.
  • psychoaffective : sa sécurité, son emploi, son problème de santé, etc.

Autres lois : rareté, notoriété…

C’est pourquoi, il est conseillé d’utiliser le présent, qui peut raconter une histoire du passé ou du futur immédiat.

La loi du moindre effort

Un texte difficile n’est pas lu.

  • utiliser un vocabulaire simple
  • introduire une idée par paragraphe
  • éviter les négations, parenthèses…
  • phrases à la voix active
  • préférer les verbes d’action, directs : informer = agir

Quel niveau de langage utiliser : institutionnel, technique, spécialisé versus utilisateur ?

  • éviter le verbiage en raison de la multiplicité des lecteurs, émanant de diverses cultures sociales, professionnelles, nationales, d’entreprise
  • Sur un site orienté consommateur, favorisez mots communs et courants, évitez les mots abstraits et trop génériques (« solutions » ou « services ») ainsi que les termes trop techniques
  • Sur un site B2B, respectez le langage dédié et commun à ces cibles professionnelles – mais constituez un lexique et définissez les expressions techniques. Le référencement sera, de plus, favorisé.

Nombre mots dans la phrase / taux de mémorisation du message

  • 12 mots : 100%
  • 13 mots : 90%
  • 17 mots : 70 %
  • 24 mots : 50 %
  • 40 mots : 30 %

Vous l’aurez donc compris, évitez les phrases trop longues !

Avez-vous d’autres conseils à partager ?

Lire en complément

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Comment animer son site internet quand on pense n’avoir rien à dire sur son activité ?

2 octobre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En général, en créant une entreprise/PME, le premier réflexe est de créer un site Internet. Puis, pour un bon référencement, le site dispose d’une rubrique blog. Côté réseaux sociaux, une page est ouverte sur LinkedIn ou Facebook. Super ! Sauf que finalement nous ne trouvons jamais le temps d’écrire. Et puis que dire ? Schéma classique qui doit rappeler des souvenirs à certains. Voici quelques solutions pour animer votre site facilement et écrire des articles qui intéressent vos clients.
Lire +

Transformez-vous : parlez bénéfices clients

4 septembre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En construisant son identité et sa communication, le premier réflexe d'une entreprise est de décrire ses produits et ses services. Ce que je vous propose ici, c'est d’envisager ceux-ci sous la forme des bénéfices clients, afin de mieux les interpeller. Réflexion et mode d’emploi sur la valeur de vos services et produits
Lire +

Changez de regard pour parler de manière efficace de votre entreprise : testez la singularité

3 juillet 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
Lorsqu’une entreprise entreprend de construire sa communication, son premier réflexe est d’aller regarder ce que font celles de son secteur et de se comparer. Elle érige son identité sur ses fameuses valeurs différenciantes. Plutôt que de chercher à tout prix à se distinguer de ses concurrents, et si votre entreprise se concentrait sur ses caractéristiques pour affirmer sa singularité ?  Zoom sur la singularité
Lire +

8 réponses à “Loi de proximité, loi du moindre effort : comment mieux interpeller son lecteur ?”

  1. L’écriture professionnelle, utilitariste ne favorise ni le dépassement intellectuel, ni l’apport de nouvelles connaissances en respectant ces règles (re)connues sur le rédactionnel en ligne. C’est (malheureusement) nécessaire car le lecteur internet pratique plus un survol du texte qu’une lecture ligne à ligne. Pour la loi du moindre effort et du faire court, je me souviens avoir lu un jour que la longueur moyenne d’une phrase de la collection Harlequin est de 13 mots et que celle de Marcel Proust avoisine les 40 ou 50 (Marcel Proust qui doit être dans la tête de liste des auteurs ignorant le .(point) puisqu’ayant écrit une phrase de 856 mots, talonné de près par un Victor Hugo en petite forme ce jour là avec seulement 823 mots) !

  2. Bonjour Didier, merci pour ce partage d’informations et ces longueurs de phrases hallucinantes ! Effectivement, ces chiffres se situent dans le cadre professionnel : l’écriture littéraire peut s’en affranchir pour se déployer à sa guise !

  3. J’ajouterai également qu’un rédacteur web ne doit jamais oublier qu’il écrit pour le lecteur plutôt que pour les moteurs de recherche. Contrainte importante étant donné la course au référencement à laquelle nous devons tous participer. Il est très frustrant d’écrire sans être lu (j’en sais quelque chose), néanmoins c’est en créant des textes intéressants et intelligibles que l’on devient référence dans son domaine.
    Ce qui signifie : arrêter de mettre 10 mots clés en l’espace de 2 lignes et perdre définitivement le sens du texte… et le lecteur par la même occasion.

    • Très juste Coline, il est important de penser au lecteur et d’avoir aussi un plaisir à rédiger plutôt que suivre mille contraintes pour satisfaire la course au référencement !
      Tu es sûre de n’être pas lue quand tu écris ? !

      • Certaine (j’ai les statistiques sous les yeux) ! Mais pour ma défense cela dépend en grande partie du référencement du site en lui-même qui… n’existe pas. Mais d’ici quelques semaines, cela devrait bien changer. Bref je n’en dis pas plus…
        Et le plaisir d’écrire doit toujours être présent, j’en suis convaincue.

  4. Merci Ferréole pour cet éclairage des plus utiles.

    Lors d’un séminaire organisé à Bruxelles autour de la thématique de l’écriture Web, je me souviens également que le formateur avait insisté sur un point qui lui semblait crucial : commencer les développements, dans la mesure du possible, par les conclusions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *