Comment éviter les 10 fautes d’orthographe les plus souvent commises ?

06 janvier 2014À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web

Expertise éditorialeRésolution de nouvelle année : écrire des textes de qualité, dépourvus de fautes d’orthographe. Voici 10 fautes d’orthographe souvent remarquées et des exemples pour ne plus les répéter.

1 – Comment accorder le participe passé ?

  • Conjugué avec le verbe avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct (COD), si celui-ci est placé avant. Si le complément d’objet direct est placé après ou s’il n’existe pas, le participe passé conjugué avec « avoir » reste invariable.

Comparer
a) La fiche de lecture que je vous ai écrit
b) La fiche de lecture que je vous ai écrits
c) La fiche de lecture que je vous ai écrite

Quelle est la bonne réponse ?
Solution c)

  • est participe passé du verbe devoir. Il ne prend un ^ qu’au masculin singulier ; dans les autres cas, il disparaît.

Cet avantage lui est dû. Il a dû courir

Ces avantages lui sont dus. La maladie est due à …

2 – Les adjectifs de nationalités

  • Lorsqu’on utilise un adjectif de nationalité, on ne met pas de majuscule.Un restaurant catalan
  • Si l’on veut parler des habitants d’un pays, en tant que personne, c’est donc un nom et on met une majuscule.Les Catalans
  • Lorsqu’on parle de la langue, on ne met pas de majuscule. Le catalan
  • Pour résumer Les Catalans écrivent en catalan à leurs amis catalans.

3 – Met-on une majuscule aux points cardinaux ?

La minuscule est de rigueur pour le point cardinal.

Je vais à l’ouest.

En revanche, on met une majuscule si le mot employé seul désigne

  • une région : passer ses vacances dans le Nord,
  • une entité politique : l’Ouest par opposition au bloc communiste,
  • ou une unité géographique définie : l’Europe de l’Est

4 – Du bon emploi du pronom relatif

  • Je t’ai apporté ce livre que je t’avais promis : « que » est un pronom relatif qui remplace le livre.
  • Je t’ai apporté ce livre dont je t’avais parlé : « dont » = de ce livre est complément d’objet indirect (COI) de « avais parlé ». Donc, dont = de + antécédent.

5 – Complément d’appartenance

  • Quand le complément est un nom ou un pronom, il faut utiliser la préposition de.
    Le pull de Maurice

 

  • Si c’est un pronom personnel, on place à.
    C’est une habitude bien à lui

6 – Pluriel d’un nombre décimal, adjectif numéral et cardinal

  • On écrit 1,5 kilomètre. En français, le pluriel commence à deux.
  • Les adjectifs cardinaux (quatre, cinq, huit, douze, etc.) sont toujours invariables, même utilisés en nom :
    les quatre de trèfle
  • Les adjectifs numéraux

Cent et vingt prennent la marque du pluriel quand ils sont multipliés : trois cents et quatre-vingts

En revanche, suivi d’un autre adjectif numéral, il la perd
trois cent quatre et
quatre-vingt-deux

Cet exemple rappelle qu’on ne place des traits d’union uniquement pour les dizaines et non pour les centaines.
Attention, on écrira page trois cent et cette année mille neuf cent.

  • Mille est toujours invariable : dix mille euros.

7 – Apostrophe et trait d’union

  •  Le « t » placé entre une forme verbale de 3° personne et un pronom personnel est encadré de deux traits d’union.
    Comment va-t-il ?
  • En revanche, le « t » qui résulte de l’élision de toi après un verbe impératif ayant pour complément « en » et « y » est précédé d’un trait d’union et suivi d’une apostrophe.
    Remets-t’en au destin

8 – Terminaison en -t et -d

  • On place un « t » entre le verbe se terminant par une voyelle et un pronom.
    Pense-t-elle ce qu’elle a écrit ? Qui convainc-t-il ?
  • On n’en rajoute pas, quand le verbe se termine par « -t » ou « -d ».
    Pourquoi l’interrompt-il ? Que répond-elle ?

9  – Même et trait d’union

  • Lorsque « même » suit un pronom personnel, il s’accorde avec celui-ci et est doté d’un trait d’union.
    Les adultes eux-mêmes avaient oublié la règle
  • Sinon, quand il se rapporte à l’adverbe qui le précède, même s’accorde, mais sans trait d’union.
    C’est dans ces murs mêmes que j’ai révisé

10  Rappel

  • Toujours écrire etc. et c’est-à-dire

Et pour vous, quelles sont les fautes  que vous rencontrez souvent ?

PS : certains exemples sont issus de la Certification Voltaire que je prépare assidument !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Comment animer son site internet quand on pense n’avoir rien à dire sur son activité ?

2 octobre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En général, en créant une entreprise/PME, le premier réflexe est de créer un site Internet. Puis, pour un bon référencement, le site dispose d’une rubrique blog. Côté réseaux sociaux, une page est ouverte sur LinkedIn ou Facebook. Super ! Sauf que finalement nous ne trouvons jamais le temps d’écrire. Et puis que dire ? Schéma classique qui doit rappeler des souvenirs à certains. Voici quelques solutions pour animer votre site facilement et écrire des articles qui intéressent vos clients.
Lire +

Transformez-vous : parlez bénéfices clients

4 septembre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En construisant son identité et sa communication, le premier réflexe d'une entreprise est de décrire ses produits et ses services. Ce que je vous propose ici, c'est d’envisager ceux-ci sous la forme des bénéfices clients, afin de mieux les interpeller. Réflexion et mode d’emploi sur la valeur de vos services et produits
Lire +

Changez de regard pour parler de manière efficace de votre entreprise : testez la singularité

3 juillet 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
Lorsqu’une entreprise entreprend de construire sa communication, son premier réflexe est d’aller regarder ce que font celles de son secteur et de se comparer. Elle érige son identité sur ses fameuses valeurs différenciantes. Plutôt que de chercher à tout prix à se distinguer de ses concurrents, et si votre entreprise se concentrait sur ses caractéristiques pour affirmer sa singularité ?  Zoom sur la singularité
Lire +

12 réponses à “Comment éviter les 10 fautes d’orthographe les plus souvent commises ?”

  1. Merci pour cet article qui nous fait commencer l’année en beauté ;D
    Pour ma part je rajouterai une règle exclusive pour les dauphinois comme moi : arrêter de mettre des « y » partout à l’oral ET à l’écrit… C’est-y pas beau ?

  2. Dans ces règles minimales que l’on se doit de connaître, le plus difficile n’est pas l’application de ces règles mais les exceptions.
    Un exemple, l’accord du participe passé avec les verbes intransitifs : invariables au sens propre mais accordés au sens figuré.
    Ex. : Les 1500 Tugriks que lui a coûté, en toute urgence, dans la nuit du 25, au dessus de Oulan-Bator, le changement de muserolle sur Fringant, permirent fort heureusement au Père Noël de livrer à temps tous les cadeaux.
    mais
    Les efforts que m’a coûtés cette recherche d’emploi n’ont rien donnés.
    Et des exceptions il y en a plein ; c’est en cela que notre langue est difficile.
    Suite à un précédent billet de Ferréole sur semblable thématique, j’en avais profité pour installer et tester Antidote. C’est le meilleur logiciel correcteur grammatical-mais pas que-; ca peut aider mais bien sûr il n’est pas fiable à 100%.
    Sinon, étonnant que tu prépares la Certification Voltaire vu ton background, je pense pas que des employeurs vont te la réclamer.

  3. @didierjnr:disqus
    Bonjour Didier et merci de tes exemples.
    Concernant Antidote, je suis moi-même surprise par ses qualités, bien qu’il nécessite une correction « humaine ».
    Pour la Certification Voltaire, il me semble important de la passer pour inciter ensuite les élèves à faire de même et parce qu’il faut également tester les nouveaux modes d’évaluation !

  4. Outre les articles à proprement dits sur ce blog, notons les images-fait(es) maison ?- illustrant le billet du jour. Là j’ai pas trouvé exactement ce que c’est – une araignée mutante,ayant tissée sa toile au dessus d’une corde à linge et produisant des fils de couleurs ?-.
    A part ça, j’ai oublié de mentionner précédemment qu’une difficulté rencontrée pour ma part concerne le pluriel des mots composés. Exemple : à pieds joints (toujours au pluriel), allume-feu ou allume-feux, rince-doigts (invariable), souffre-douleur (invariable), des coupe-vent, etc.

  5. @didierjnr:disqus
    Pour les noms composés, effectivement au vu des exceptions qui fleurissent dans la langue française, il faudrait consacrer un article uniquement à ce sujet !
    La photo provient d’une exposition du Palais de Tokyo (Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *