Cyclop Editorial Communiquons moins,
Communiquons mieux.

Écrire pour le web : précision, sens et puissance des mots

04 décembre 2017À la une, Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 4 minutes

Le web place l’écrit à l’honneur, et la production de contenus a de beaux jours devant elle. C’est un fait indéniable.
Plusieurs points restent en question : les buzzwords n’entrainent-ils pas une dilution du sens des mots, puisque dorénavant ceux-ci sont à vendre ?  Comment rester créatif ?
Écrire pour le web, c’est aussi convoquer la puissance des mots et conserver leur sens originel.

1 – Pourquoi je déteste les buzzwords, et comment en faire des alliés?

Les buzzwords, ces expressions à la mode que tout le monde répète ad nauseam m’agacent infiniment. En fait, il y a une sorte de fantasme collectif autour des expressions.
Je m’explique. Une expression est à la mode, c’est-à-dire qu’elle fleurit dans toutes les bouches. Quelle joie adolescente d’utiliser ces mots !  ils impressionnent, ils montrent que je suis encore dans le coup. À chaque saison, tout le monde se gargarise de ces mots à la mode.
Par exemple, pluguer. Voici la définition de l’internaute « Plugger est un anglicisme utilisé pour désigner le fait de relier 2 appareils informatiques ensemble. Autrement dit, lorsqu’on plugge, on branche ou on connecte. » Dans le vocabulaire de l’entreprise, j’entends dire que l’on plugue des agendas, puis des réunions, puis des…
Voilà le hic : tout le monde n’a pas la même terminologie. Dans un autre exemple, tout le monde, dorénavant, fait du storytelling, qui peut concerner soit de la stratégie de contenus soit du content marketing. Le risque de confusion est grand. En bref, les mots se vident de leur sens, les expressions s’affaiblissent.
Attention, le but de cet article n’est pas d’écrire « avant, c’était mieux ». Ce que je constate, c’est qu’éviter les expressions valises, que tout le monde emploie, peut nous couper d’une partie de nos clients. Il me parait vain d’attendre de son audience qu’elle utilise les mots précis directement. Une solution : utiliser les buzzwords pour attirer les clients, puis clarifier ensuite le sens des mots, dans les blogs, par exemple

De la même manière qu’en SEO, je vais utiliser l’ensemble du champ sémantique et notamment les expressions de longue traîne pour attirer un trafic de masse sur mon site, que je qualifierai petit à petit.

En fait, il s’agit d’utiliser l’influence des mots pour attirer vers des notions génériques, qui sont précisées dans un second temps. Être pédagogique. N’oublions pas que l’étymologie de pédagogie est paidagogós, c’est-à-dire l’esclave qui conduit « gogía » l’enfant « paidos » (« enfant ») à l‘école.

2 – Les mots sont-ils à vendre ?

Je pense à cette nouvelle d’Alain Damasio et de Karen Bastien, «  les hauts® parleurs® », du recueil ‘Aucun souvenir assez solide’ qui nous dépeint un monde où la totalité du lexique a été privatisée. Par exemple, le mot orange est dorénavant utilisé avec un  ®.

Le R.O.I. du contenu est un sujet qui revient assez souvent, en partie pour dénoncer que le contenu coûte cher et qu’on ne sait pas ce qu’il va rapporter. Je me suis déjà exprimée sur le sujet : il est délicat de déterminer si l’acte d’achat est généré à partir de tel contenu ou tel autre.
En revanche, certains indicateurs de mesure, tels que le temps de lecture d’un article, peuvent donner des pistes en captant de la donnée. Alors, le contenu influencera positivement son achat, d’autant plus, s’il est adapté à une prise de décision.
Ce qui paraît primordial, c’est d’envisager le contenu dans une sorte d’économie éditoriale. Je m’explique. Si je dois écrire sur un sujet, il est nécessaire que le sujet me soit familier de telle sorte que je puisse écrire un article en moins de 2 heures (relecture et recherches comprises).
Ce faisant, je flirte entre jeu, plaisir et retour sur investissement : je suis à l’aise avec ce sujet, l’écriture est fluide et efficace. Le SEO exige une écriture de qualité, à la richesse sémantique. Elle doit s’organiser autour d’un maillage interne, donc elle repose sur une stratégie éditoriale forte.

Et envisager son écriture autour d’un mot clé, n’est-ce pas retrouver certaines contraintes propres à des formes littéraires ?  Comme l’écrit Baudelaire à propos du sonnet, « parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense ».

3 – La puissance des mots, toujours

J’aimerai saluer les campagnes sympas comme celle d’Uber ou d’autres qui s’amusent avec les mots, permettant une appropriation facile

Et bien sûr, la qualité des travaux de Jeanne Bordeau de l’institut de la qualité de l’expression.

 

Pour aller plus loin

Échangeons sur ce sujet 🙂

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Charte éditoriale web : écrivez plus facilement vos contenus

6 janvier 2020À la une, Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 6 minutes Souvent, j’entends beaucoup d’interrogations à propos du ton éditorial : quelle ligne éditoriale mettre en place ? Comment m’adapter à différents publics ? Comment trouver un ton stylé et différenciant ? Et là, souvent ça bloque. Ne cherchez surtout pas à ressembler à d’autres et concentrez-vous surtout sur ce dont vos internautes ont besoin d’entendre. Délivrez-leur des messages utiles. Dans cet article, vous trouverez toutes les étapes à suivre pour construire une charte éditoriale web cohérente avec la voix de votre entreprise. Cet article est fait pour vous si vous publiez régulièrement des contenus. Il vous apporte des éléments normatifs pour structurer vos processus de communication, produire plus vite et avec plaisir. :-) Découvrez la version 2020 de la charte éditoriale web. Avec en bonus : une vidéo à regarder (1min39), un guide éditorial + une charte éditoriale à télécharger !
Lire +

6 points clés pour écrire un contenu de qualité avec la sobriété éditoriale

2 décembre 2019À la une, Rédaction Web, Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 7 minutes Arrêtez de rédiger des contenus ! à part si vous êtes sûrs que le sujet est inédit et surtout qu’il sera 10 fois mieux que ceux déjà écrits sur le sujet. Voici un grand principe d'écriture à adopter pour être audible dans le brouhaha du web. Gloups, mais comment faire ? Qu’est-ce qu’un bon contenu ? Au-delà des critères de Google, je vous donne les clés pour écrire un contenu de qualité. Concrètement, comment écrire un contenu qui soit lu, tout en respectant les bonnes pratiques de sobriété éditoriale. Cet article est fait pour vous si vous souhaitez écrire mieux et plus facilement des textes qui résonnent avec votre engagement et vos valeurs d’entreprise. Vous comprendrez enfin comment un contenu peut être "écologique", explications à l'appui !
Lire +

Les clés du pitch authentique

4 novembre 2019À la une, Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 7 minutes Les recettes pleuvent de tout côté pour réussir un pitch REMARQUABLE, INOUBLIABLE à grands coups de storytelling UNIQUE. Et ça regorge de tous côtés de pitch, d’animation en tous genres hyper surprenantes, qui n‘ont rien à voir avec le cœur d’activité de l’entreprise pour montrer que nous aussi, on sort du cadre : out of the box. Sur les réseaux sociaux fleurissent des photos de managers de boites en train de sauter en parachute. Quel intérêt ? Le hic, c'est que cela culpabilise certains : "pour ce salon il faut que j’ai l’accroche qui TUE ou que je fasse un … je sais pas quoi… mais REMARQUABLE pour marquer l’attention." STOP ! Cette course au toujours plus est génératrice d’angoisse. Revenons à davantage de simplicité pour davantage de justesse. Vous ne trouverez donc pas ici de recettes pour avoir le pitch DE LA MORT QUI TUE. En revanche, je vous donne les clés pour réussir un pitch authentique et une présentation qui souligne votre cohérence et votre alignement.
Lire +

Une réponse à “Écrire pour le web : précision, sens et puissance des mots”

  1. Très intéressant comme article. Investir dans le contenu exige un effort soutenu dans la durée, pour produire le meilleur ROI. Car, on ne peut pas toujours prédire ce qui réussira le mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *