Réussir un article en 8 points

04 novembre 2013À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web

Expertise éditorialeÉcrire un article, c’est choisir une information, un message essentiel à faire passer. Et s’y restreindre. (Sinon, on écrit deux articles !)
Tout d’abord, il faut déterminer quel angle choisir pour traiter le sujet. Puis, il est nécessaire de récupérer des informations pour le contenu. Ensuite, rédiger un titre efficace et percutant, une accroche qui tient le lecteur en haleine et l’incite à cliquer, un contenu qui répond à l’horizon d’attente mis en place par les deux points précédents et une chute qui ne laisse qu’une alternative à notre lecteur : s’abonner à notre blog.
Pas si simple ! Voici quelques conseils et ressources pour réussir cet exercice.

Déterminer un angle : 1 article = 1 question = 1 angle

Si écrire un article revient à faire passer un message, il est nécessaire d’avoir un angle d’approche.
Déterminer un angle éditorial, c’est savoir sur quels aspects l’article va se focaliser en fonction du contexte, de la nature des informations, du public visé et des commanditaires(…).
L’angle se définit en fonction des valeurs/objectifs de la marque pour laquelle on écrit.
Par exemple sur un sujet comme les voitures, l’angle peut être relatif à la sécurité ou au confort de la voiture pour un site de parents/famille, la vitesse et le nombre de chevaux pour un site de passionnés, le niveau de pollution pour un site écologique, etc.

Recouper les informations sur un sujet donné

Sélectionnez les informations qui serviront votre angle. Dressez un plan thématique/chronologique du sujet à traiter

La structure du texte

  • être logique dans l’écriture

Le texte répond à un plan qui présente les informations selon un enchainement compréhensible conforme à une logique depuis l’introduction jusqu’à la conclusion.
L’article s’articule ainsi « je vais vous dire (introduction), je dis (texte), je vous ai dit (conclusion) ».

Le corps du texte

  • être clair dans l’écriture : 5 W +2H+ G

Où, quand, quoi, qui, comment, pourquoi
ou les 5 W : Who/ What/ Where/ When/ Why/
+ 2H : How/Comment ? How Much/Combien?
Isabelle Canivet rajoute le G de Google pour la prise en compte des mots-clés.
Le corps du texte doit faire entre 800 et 1500 caractères espaces compris (300 mots pour être indexé par Google). L’indice de densité (nombre de répétition) du mot-clé dans l’article est d’environ 3 x.

L’accroche

L’accroche est un petit résumé de 2 ou 3 lignes précédant un article (250 caractères environ).
Elle contient le mot-clé principal.
Placée entre le titre de l’article et le corps du texte, son premier rôle est d’attirer le regard du lecteur et de guider son parcours de lecture.
Elle répond à un double objectif :

  • compléter le titre et apporter un supplément d’information. C’est l’idée principale du texte. C’est pourquoi elle doit être claire, compréhensible et concrète.
  • susciter le désir d’en lire plus. Elle peut avoir une dimension incitative, jouer sur le mystère, l’humour, l’étonnement. sous forme de questions, elle implique le lecteur.

Astuce : rédigez-la après avoir écrit l’article.

Le titre

Percutant, court, clair, il éveille la curiosité du lecteur et incite au clic.
Il doit raconter une histoire à lui seul. Il contient des mots-clés.
Il fait 7 mots maxi en théorie (4 à 12 mots possibles), soit 60 à 75 caractères.
Astuce : rédigez-le après avoir écrit l’article.

Comparez les titres

  • extraits d’interviews : « La stratégie éditoriale devient centrale en communication »
  • mise en avant d’exclusivités : « En avant première, le dernier album de Léonard Cohen »
  • question/réponse : « Comment participer aux journées du contenu Web ? »
  • conseils, astuces « 10 bonnes raisons d’aller aux journées du contenu Web »
  • témoignage : « Un réalisateur de Cannes raconte son expérience »
  • adresse au lecteur : « Et si vous testiez le webdesign ? »

 

La chute

Il s’agit de la conclusion. Elle reprend le texte en synthèse. Elle doit ouvrir à d’autres thématiques et d’autres ressources (« pour en savoir plus »).
Elle comporte des réflexes participatifs pour inciter le lecteur à l’action, « contactez-nous » ou à écrire un commentaire ou autres.

La relecture/révision

Et n’oubliez surtout pas les conseils de l’article « Pour une écriture web efficace: la formule 40-25-35 » qui démontre qu’un bon rédacteur/producteur de contenus doit consacrer 40% de son temps à planifier, 25% à écrire et 35 % à réviser !

Le sujet de la relecture sera détaillé dans les semaines à venir.
Avez-vous d’autres conseils d’écriture à donner ?

Quelques ressources sur le sujet

  • Tous les livres d’Isabelle Canivet !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Comment animer son site internet quand on pense n’avoir rien à dire sur son activité ?

2 octobre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En général, en créant une entreprise/PME, le premier réflexe est de créer un site Internet. Puis, pour un bon référencement, le site dispose d’une rubrique blog. Côté réseaux sociaux, une page est ouverte sur LinkedIn ou Facebook. Super ! Sauf que finalement nous ne trouvons jamais le temps d’écrire. Et puis que dire ? Schéma classique qui doit rappeler des souvenirs à certains. Voici quelques solutions pour animer votre site facilement et écrire des articles qui intéressent vos clients.
Lire +

Transformez-vous : parlez bénéfices clients

4 septembre 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
En construisant son identité et sa communication, le premier réflexe d'une entreprise est de décrire ses produits et ses services. Ce que je vous propose ici, c'est d’envisager ceux-ci sous la forme des bénéfices clients, afin de mieux les interpeller. Réflexion et mode d’emploi sur la valeur de vos services et produits
Lire +

Changez de regard pour parler de manière efficace de votre entreprise : testez la singularité

3 juillet 2017À la une, Expertise éditoriale & rédaction Web
Lorsqu’une entreprise entreprend de construire sa communication, son premier réflexe est d’aller regarder ce que font celles de son secteur et de se comparer. Elle érige son identité sur ses fameuses valeurs différenciantes. Plutôt que de chercher à tout prix à se distinguer de ses concurrents, et si votre entreprise se concentrait sur ses caractéristiques pour affirmer sa singularité ?  Zoom sur la singularité
Lire +

11 réponses à “Réussir un article en 8 points”

  1. Très bon résumé des différentes tâches successives pour bien écrire pour le web. Notamment en ce qui concerne la relecture. On ne le fait jamais assez, souvent par manque de temps, mais c’est une erreur… Les internautes remarquent les fautes et ne rateront pas une occasion de vous le faire remarquer…
    Par contre pour ce qui concerne l’indexation par Google, je suis étonnée des « 300 mots ». J’ai écrit beaucoup d’articles (d’évènements) de moins de 300 mots et ils sont plutôt bien indexés (en premiers résultats dans les SERP). Je veux bien quelques précisions sur cette règle si tu en as.

    • Si l’on veut référencer uniquement par le contenu, la préconisation des référenceurs est des 450 mots. La longueur n’est pas l’unique paramètre. Tout dépend du contexte et de la prise en compte d’autres paramètres, comme le linking interne, externe, etc.

      Pour la relecture, c’est juste. Ce dernier point est réellement à prendre en compte !

    • Coline, tu as peut-être une bonne indexation en moins de 300 mots car : tu as bien choisi tes mots clés ; la densité de ces derniers à un poids juste ; il n’y a pas beaucoup de concurrence sur les évenements que tu couvres ; ton site a un historique sur les événements que tu annonces (=ton site est perçu comme référent) ; les liens entrants/sortants bien sûr aussi ; etc. (à la limite même, ta propre signature, peut avoir un poids dans la remontée du résultat dans les SERP (mais pour cela il te faudra beaucoup, beaucoup, beaucoup écrire avant d’avoir une notoriété sur ton seul nom 🙂 ou comme ça commence a devenir tendance, avoir des followers ou ton texte « liké », car ca rentre aussi en compte). Tout ca pour dire, que c’est un petit paramètre parmi d’autre mais 1 petit paramètre + 1 petit paramètre + 1 petit paramètre et on finit en page 1 de Google ! (Grosse parenthèse : Peut-être aussi que comme 300 mots correspondent grosso-modo à 1500 caractères, c’est une norme non pas par rapport au nombre de mots mais au nombre de caractères. Car 1500 caractères = 1 feuillet et 1 feuillet c’est une norme de l’édition. Donc peut-être que Google, dans son fameux algorithme, y met aussi ce paramètre (minimal)(et tempéré par la richesse du texte)).
      Quoiqu’il en soit, ce billet m’a rappelé mes cours avec Ferréole.

      • merci Didier pour ces précisions. Je pense assez bien m’en sortir au niveau des mots clés, par contre mon nom ne doit pas encore avoir beaucoup de poids ! Il faudrait pour cela que je n’écrive pas au nom de ma boîte mais au mien et que je le relis à mon compte G+.
        Je trouve toujours intéressant de trouver autant de bons conseils dans un article que dans ses commentaires 🙂
        Merci à vous !

        • Quelle commentaire de précision Didier, merci. Pour l’indexation via Google +, c’est effectivement une autre paire de manches.
          Merci à vous d’alimenter ces commentaires et bonne semaine !

  2. Je crois effectivement que les 300 mots viennent d’une « norme de rédaction au feuillet ». Avant, dans le monde SEO c’était 250 mots minimum.

    En réalité, je trouve contre-productif d’indiquer ce genre de normes. Un article doit avoir le nombre de mots nécessaires pour traiter un sujet. Sur une actualité brève, il peut être assez court.

    Sinon, contrairement à la légende urbaine, les articles longs s’indexent plutôt bien si ils sont correctement structurés. Ils ont l’avantage d’attirer un trafic de longue traine important.

    Globalement, je trouve que votre article est un bon résumé des points essentiels, un guide utile pour ceux qui se lancent dans la rédaction, mais qu’il doit être accompagné d’une recommandation « attention à ne pas trop formater les textes », on y perd en originalité et en intérêt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *