Cyclop Editorial Communiquons moins,
Communiquons mieux.

Sobriété éditoriale : vers une communication raisonnée et authentique

01 avril 2019À la une, Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 7 minutes

sobriété éditorialeNous lisons chaque jour 90 mètres de contenu. Encore faudrait-il lire le bon contenu et ne pas se surcharger cognitivement. Vous aussi, vous en avez marre de recevoir des mails marketings ou de tomber sur 10 articles sur un même sujet qui se copient les uns les autres ?
Non seulement, ce contenu de masse concoure à une pollution mentale, mais saviez-vous en plus qu’il est énergivore ?
La consommation d’énergie du numérique est en hausse de 9% par an, en cause l’énergie de fabrication et d’utilisation des équipements -serveurs, réseaux, terminaux-. S’engager à réduire les dépenses énergétiques, forcément, nous implique, nous producteurs de contenu. Nous devons réfléchir à nos manières de faire.
Zoom sur la sobriété éditoriale. Dans cet article, vous lirez une mise en contexte, les meilleures techniques d’écriture pour une communication responsable et raisonnée.

La sobriété éditoriale, c’est arrêter de communiquer ?

Non, bien sûr, mais il convient d’être responsable dans sa communication, de s’engager dans une communication raisonnée.

  • Communiquer oui, mais sans matraquer, c’est-à-dire fournir les informations utiles aux utilisateurs, qui lui rendent service et qui servent au positionnement de l’entreprise
  • Donner du sens à travers sa communication, être sincère, raconter son engagement et sa mission d’entreprise pour attirer les publics qui partagent les mêmes valeurs

Un bref retour en arrière permet d’éclairer la situation.

En 1998, Google est mis en ligne. En 2000, apparaît pour la première fois le mot stratégie de contenu. En 2006, l’inbound marketing naît avec la création d’outils d’automatisation. De là, s’ouvre l’ère du contenu roi, qui est la clé de voûte des campagnes marketing.
Le principe est simple : le contenu doit accompagner les étapes du parcours client : 1 – découverte du produit ou de l’offre, 2 – intérêt, 3 – aide au choix, 4 – après-vente. C’est là que le bât blesse.
Les textes sont produits en quantité industrielle : il est délicat de renouveler les angles et l’inspiration. Les campagnes se succèdent en se concentrant sur le ROI et en oubliant parfois d’évaluer les retours qualitatifs sur les textes. Le profilage repose sur des stéréotypes, en oubliant souvent de prendre en compte le parcours émotionnel du public.

Pour répondre à cela, en 2015, je parle sur ce blog d’écologie éditoriale. Aujourd’hui, je préfère utiliser sobriété éditoriale qui me semble plus cohérent.

L’écologie éditoriale ou contenu raisonné

Le concept est simple : veiller à des contenus de qualité, qui peuvent donc tenir la durée et qui sont recyclables. C’est-à-dire réutilisables sous différents formats.

En 2018, l’agence Dixxit évoque la nécessité de marquer un temps d’arrêt dans cette production effrénée de contenus, c’est le Slow Content.

Muriel Gani, dans son excellent article Stratégie de contenus : faut-il se ruer sur le slow content ?, rappelle que nous frôlons à l’indigestion avec le brand content. Les risques sont de brouiller le message des marques, d’affecter leur cohérence souligne Audrey Forget dans son article Vers une nouvelle approche du contenu.

Préférer une communication authentique

Aujourd’hui, communiquer sur ses produits et sur sa structure ne suffit pas : l’entreprise doit relayer des valeurs fortes et non des arguments marketing.
Elle doit devenir actrice de la transition en s’engageant dans des actions responsables et le faire savoir avec une communication sur sa contribution.
Le rôle de l’éditorial, c’est d’accompagner l’entreprise à s’aligner entre ses actes et ses paroles et à incarner ses propos. En cela, l’éditorial est vecteur d’évolution. 

Raconter la mission de l’entreprise dans la page À propos

Définir l’identité de l’entreprise, c’est déterminer quel territoire éditorial, l’entreprise est légitime d’intervenir. Alors pourra émerger un contenu original représentatif de la voix de l’entreprise, loin des contenus écrits pour les campagnes d’automation ou pour le green washing.

Pour écrire facilement des pages À propos qui retiennent l’attention, voici un gabarit

  • Nous sommes
  • Nous faisons
  • Nous croyons
  • Nous contribuons

Quelques bons exemples au passage :

    Éco conception de sites web et contenu

    Notre rôle à nous, producteurs de contenu, c’est d’accompagner l’entreprise à comprendre les bienfaits de la sobriété en réduisant le « superflu, le gras informationnel et numérique, les fake news, etc. » (Frédéric Bordage, membre du collectif Green.it).
    Dégraisser, c’est néanmoins créer le plus de valeur ajoutée avec la meilleure expérience utilisateur.
    Le collectif Green.it a réalisé une check list éco conception web, les 115 bonnes pratiques pour doper son site et réduire son empreinte écologique.

    Les points 108 à 115 concernent le contenu

    • 108 Compresser les documents
    • 109 Optimiser les PDF
    • 110 Dédoublonner systématiquement les fichiers avant envoi
    • 111 N’utiliser que des fichiers double opt-in
    • 112 Préférer le texte brut au HTML
    • 113 Adapter les sons aux contextes d’écoute
    • 114 Adapter les textes au web
    • 115 Adapter les vidéos aux contextes de visualisation

    La sobriété éditoriale, c’est adapter les textes au web

    Les conseils pour les textes :

    • Qualifier le besoin en contenu du client.
      C’est bien là que réside la sobriété éditoriale. Cela demande donc de bien connaître son public pour lui délivrer les informations qui le concernent et dont il a besoin ici et maintenant (et résister à la tentation de parler de soi, souvent difficile pour une entreprise).
    • Veiller à leur densité : c’est-à-dire qu’il dit le maximum de choses en un minimum de mots
    • Structurer : le lecteur balaye l’info rapidement et trouve facilement l’info qui le concerne. La home page présente l’ensemble des contenus du site.
    • Fluidifier : le texte favorise le passage à l’action avec des mots simples et courants, tout en étant précis
    • Simplifier : la tournure des phrases et veiller à une progression pédagogique des infos
    • Clarifier : le titre et l’accroche sont clairs, ce qui permet à l’internaute de savoir si la page correspond à sa recherche.

    Bien sûr, les fautes d’orthographe sont à proscrire bien évidemment, et les contenus alternatifs <ALT> des médias sont à renseigner.

    Pour plus d’info sur le sujet, voici un article rédigé après la lecture du livre Qualité Web : les bonnes pratiques pour améliorer vos sites dont voici le résumé : et si on passait à un web de qualité.
    Je l’ai lu en 2015 suite à l’excellente formation « L’accessibilité du Web pour les contributeurs et rédacteurs », donnée par Qelios et Accessiweb racontée dans cet article :  Accessibilité web : qui sera prêt en 2015 ?
    Vous trouverez des infos qui vont dans le sens des bonnes pratiques citées plus haut.

    Vers une communication responsable

    Pour conclure, interrogeons nos pratiques, nous producteurs de contenu. Qui est prêt à la sobriété éditoriale, c’est-à-dire produire moins et à faire des préconisations en ce sens ? Qui s’engage à sortir du cycle de la récompense imposée par les GAFAM à travers l’addiction au like ?

    Le numérique tel qu’il est aujourd’hui est en voie d’extinction : il est nécessaire de changer notre manière d’envisager le numérique, nous rappelle Frédéric Bordage dans l’article Low Tech : un outil de résilience pour l’humanité ?

    Il est temps de décrire le numérique que nous voulons.
    « Pour y arriver, nous aurons besoin d’engager collectivement trois actions : préciser la liste des défis que le numérique de demain devra relever, produire des imaginaires souhaitables pour dessiner un numérique dont chacun pourra tirer le plein potentiel, et décrire ensemble les préconisations et outils qui ouvriront la voie à leur réalisation.»

    Réinventez le numérique, signez la pétition RESET

    Ces articles pourraient aussi vous intéresser

    Charte éditoriale web : écrivez plus facilement vos contenus

    6 janvier 2020À la une, Sobriété éditoriale
    Temps de lecture : 6 minutes Souvent, j’entends beaucoup d’interrogations à propos du ton éditorial : quelle ligne éditoriale mettre en place ? Comment m’adapter à différents publics ? Comment trouver un ton stylé et différenciant ? Et là, souvent ça bloque. Ne cherchez surtout pas à ressembler à d’autres et concentrez-vous surtout sur ce dont vos internautes ont besoin d’entendre. Délivrez-leur des messages utiles. Dans cet article, vous trouverez toutes les étapes à suivre pour construire une charte éditoriale web cohérente avec la voix de votre entreprise. Cet article est fait pour vous si vous publiez régulièrement des contenus. Il vous apporte des éléments normatifs pour structurer vos processus de communication, produire plus vite et avec plaisir. :-) Découvrez la version 2020 de la charte éditoriale web. Avec en bonus : une vidéo à regarder (1min39), un guide éditorial + une charte éditoriale à télécharger !
    Lire +

    6 points clés pour écrire un contenu de qualité avec la sobriété éditoriale

    2 décembre 2019À la une, Rédaction Web, Sobriété éditoriale
    Temps de lecture : 7 minutes Arrêtez de rédiger des contenus ! à part si vous êtes sûrs que le sujet est inédit et surtout qu’il sera 10 fois mieux que ceux déjà écrits sur le sujet. Voici un grand principe d'écriture à adopter pour être audible dans le brouhaha du web. Gloups, mais comment faire ? Qu’est-ce qu’un bon contenu ? Au-delà des critères de Google, je vous donne les clés pour écrire un contenu de qualité. Concrètement, comment écrire un contenu qui soit lu, tout en respectant les bonnes pratiques de sobriété éditoriale. Cet article est fait pour vous si vous souhaitez écrire mieux et plus facilement des textes qui résonnent avec votre engagement et vos valeurs d’entreprise. Vous comprendrez enfin comment un contenu peut être "écologique", explications à l'appui !
    Lire +

    Les clés du pitch authentique

    4 novembre 2019À la une, Sobriété éditoriale
    Temps de lecture : 7 minutes Les recettes pleuvent de tout côté pour réussir un pitch REMARQUABLE, INOUBLIABLE à grands coups de storytelling UNIQUE. Et ça regorge de tous côtés de pitch, d’animation en tous genres hyper surprenantes, qui n‘ont rien à voir avec le cœur d’activité de l’entreprise pour montrer que nous aussi, on sort du cadre : out of the box. Sur les réseaux sociaux fleurissent des photos de managers de boites en train de sauter en parachute. Quel intérêt ? Le hic, c'est que cela culpabilise certains : "pour ce salon il faut que j’ai l’accroche qui TUE ou que je fasse un … je sais pas quoi… mais REMARQUABLE pour marquer l’attention." STOP ! Cette course au toujours plus est génératrice d’angoisse. Revenons à davantage de simplicité pour davantage de justesse. Vous ne trouverez donc pas ici de recettes pour avoir le pitch DE LA MORT QUI TUE. En revanche, je vous donne les clés pour réussir un pitch authentique et une présentation qui souligne votre cohérence et votre alignement.
    Lire +

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *