Moins, c’est mieux : comment éviter de se planter en refonte ou création de site ?

01 décembre 2020Sobriété éditoriale
Temps de lecture : 6 minutes

Écoconception site internetAujourd’hui, avoir un site est appréhendé comme une fin en soi : j’aurai un site, je vais augmenter mon nombre de clients.

Du coup, pour se rassurer, force est de se jeter sur des solutions ultra compliquées, coûteuses, pas faciles à utiliser, en fantasmant sur le nombre de clients potentiels corrélé aux efforts fournis.

Faux ! Nous avons déjà échangé dans ce blog sur la sobriété et l’écoconception, comme gage de performance.
Allons encore plus loin avec Alexandre Duval. Dans cet échange, il nous explique les étapes à ne pas louper pour un site ultra efficace, sans dégrader l’expérience utilisateur.
Cet article est plus technique que ceux que vous avez l’habitude de lire sur ce blog : c’est pour la bonne cause et pour aller plus loin en écoconception de site internet !

ecoconception-site-internetAlexandre Duval, à toi la parole !

 

 

Constat numéro 1 : 64% des fonctionnalités d’un logiciel ne sont jamais utilisées

Bon nombre de projets de site sont conçus

  • en focalisant sur l’outil qu’on utilisera finalement à un 10e de ses performances.
  • en faisant un copié collé de ce qui existe et en copiant benchmarkant les autres et de ce qui existait avant sur son site.

Attention, comme tout projet, il est nécessaire de poser les fondamentaux avant de se précipiter sur l’outil. Il s’agit d’éviter l’écueil de déifier l’outil et de le voir comme une baguette magique !

Constat numéro 2 : clarifier son projet pour bien le calibrer

En fait, il s’agit de construire son site de la même manière que l’on joue au LEGO en appliquant les principes du Lean Management, c’est l’humain qui pose peu à peu les briques.
Il faut comprendre quelle brique mettre à quel moment, ce qui se fait suivant la nature du projet.

Comment partir d’un champ vierge pour construire une cathédrale ? Je propose de partir d’une petite cabane, puis d’un mobil home puis d’une maison, pour construire enfin la cathédrale !

Se lancer sur le web, cela nécessite un temps de conception et de maturation.

Il est important de penser son site dans un système global et de déterminer ses attentes, puis l’outil s’adaptera.

  1. définir son besoin
  2. déterminer ses valeurs et ses contraintes
  3. réfléchir à l’expérience que l’internaute aura sur son site
  4. quel chemin l’internaute devra parcourir pour y arriver ?

Constat numéro 3 : un site reste un outil

Il y a 20 ans un site internet se suffisait à lui-même.

Aujourd’hui, un site internet est une commodité qu’il faut avoir.

Pourtant ce n’est pas une fin en soi. Si vous créez un site sans communication autour, il ne sera pas vu.

Plutôt que de se focaliser et de fantasmera sur des outils hyper puissants, il est important de bien concevoir l’outil au démarrage avec un site qui doit pouvoir s’adapter pas à pas à la croissance de l’activité.

Constat numéro 4 : un site statique est 10 fois plus rapide

Un serveur qui tourne h24 pour 5 visites par jour, c’est une hérésie de conception.

C’est comme laisser sa voiture tourner h24 juste pour aller chercher une baguette de pain. C’est la même chose avec Word press.

Un site sous Word Press permet à l’utilisateur de contrôler ses données, certes. Mais, pour 1 ou 2 modifs /an, est-ce utile de développer un CMS ?

La solution : un site statique avec des pages en dur.

D’autant qu’aujourd’hui les outils permettent de générer des sites statiques très rapidement pour des mises à jour faciles côté client.

Les bénéfices sont immédiats : sur mobile, un temps de chargement très rapide et une performance du site plus importante.

C’est un premier pas, mais attention à ne pas s’attacher à des détails en optimisant les fonctionnalités au risque de passer à côté de ce qui consomme le plus : le serveur !

C’est un moteur qui tourne H24.

Constat numéro 5 : un site qui s’affiche (presque) sans temps de chargement

Lorsque je me connecte à un site internet :

  1. Une demande est envoyée au serveur du site,
  2. Le site est stocké en code. Celui-ci n’est pas interprétable par le navigateur internet
  3. Il faut générer une page, ce qui prend du temps.

La solution est de rendre le site directement interprétable par le navigateur. Il s’affiche automatiquement.

Je divise par 10 le temps de chargement : soit une empreinte très réduite.

  1. Les données sont rentrées
  2. Le code est récupéré et transformé en fichier HTML, lisibles immédiatement par ton navigateur, contrairement à Word Press.

Cette solution logicielle est la Jam stack : elle sépare gestion de données, affichage et génération de site.

L’expérience d’optimisation des contenus n’est pas dégradée, car le rendu est interprétable immédiatement.

La Jam Stack remplace l’HTML trop verbeux par le Mark Down. Il permet de prendre la main sur le contenu avec une maîtrise du rendu final. Il suffit de 10 min de formation pour créer un article de blog. Le mark Down garantit qualité et performance, il est possible d’avoir les mains dans le contenu sans casser le design, ce qui n’est pas le cas sur Word Press !

Les avantages de la Jam Stack

  • La sécurité et la performance et en plus le côté Green It.
  • Il n’y a pas de problèmes de piratage de données.
  • Pas de mises à jour = pas de maintenance
  • Les sites vont 10 fois plus vite

Merci Alexandre pour cet échange et pour la plongée dans ton univers qui permet d’aller plus loin en sobriété !

Pour aller plus loin, découvrir le site d’Alexandre Duval

Écoconception site internet : pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *